MENU

Language

Show contents for

De la crise sanitaire à la crise alimentaire: le cri des jeunes agripreneurs

La section Camerounaise des Jeunes professionnels pour le Développement Agricole (YPARD-Cameroun) a organisé un Global YPARD café sous le thème « De la crise sanitaire à la crise alimentaire : le cri des jeunes agripreneurs ». Entre 10 heures et 12 heures (heure du Cameroun)- 18 décembre 2020 à Yaoundé, cet évènement réalisé simultanément en ligne via un zoom meeting et en présentiel au siège de YPARD-Cameroon a réuni atour de la table des jeunes agripreneurs et des experts en entrepreneuriat agropastoral (cf. liste des participants en annexe).

Les jeunes à l’avant garde de l’innovation agricole

La session a commencé par la présentation de l’ordre du jour. C’est le représentant pays Nestor Ngouambé, qui a ensuite pris la parole pour présenter les objectifs de la rencontre. Il a commencé par donner un aperçu de la vision de YPARD et de la grandeur de son réseau qui compte aujourd’hui plus de 1000 membres. Il rappel que Les jeunes constituent un maillon essentiel de la chaine de production, surtout en matière de mise en place des innovations qui peuvent booster l’agriculture en Afrique. Face aux défis causés par la pandémie de la Covid-19 la coordination globale de YPARD a souhaité que les jeunes des différentes sections du monde s’expriment et proposent des stratégies de résilience avec le conseil des experts. A suivi la présentation des panelistes sous la modération de Bebel Nguepi (YPARD-Cameroun).

Impact du réseau YPARD sur la jeunesse et success stories

Apres ces présentations, Marc Ghislain Bappa, ancien responsable de la communication YPARD a décortiqué le réseau YPARD, sa structuration de la coordination globale aux représentations nationales, son statut de réseau et non d’association formelle et son mode de déploiement a travers la diffusion des opportunités dans le domaine agricole pour les jeunes, la force du réseautage et la capitalisation d’expériences. Ensuite, il a décrit son parcours avec le réseau grâce auquel il a découvert les véritables opportunités du domaine agricole et renforcer ses capacités en communication et gestion des connaissances. Cette assistance lui a été salutaire car il est passé en 6 ans d’étudiant en Master de Biotechnologie végétale à Consultant en communication et gestion des connaissances à la Banque Africaine de Développement.

Partage d’expériences

La phase d’échanges et de partage d’expériences qui a suivi a mis en lumière les jeunes agripreneurs. Ils ont cependant rencontré beaucoup de difficultés pour se connecter à internet ce qui a conduit aux interventions des panelistes. C’est dans ce contexte que le Directeur General de M&M Consulting Miguel Bityeky Mbamba a développé l’importance du leadership pour les entrepreneurs agropastoraux, de la précision des objectifs et du branding avec quelques exemples de self-branding.

Ensuite c’est le jeune Wlliam Tchandji, éleveur de poulets de chair qui a fait savoir que les frontières étant fermées il était très difficile d’avoir accès aux intrants et plus difficile encore, la demande sur le marché avait drastiquement chuté. Il rencontre également des difficultés dans le transport de ses produits pour aller vendre au marché. Comme stratégie il a plumé une certaine quantité de poulets qu’il a conservé au congélateur afin de vendre progressivement ; il a donné des poulets à crédit aux restaurants et il a fait la vente au porte à porte et assuré des livraisons à domicile à ses propres frais.

Ensuite c’est Carine Sophie Segnou Djutso, Directeur General de DST Food&Services, une entreprise spécialisée dans la transformation du plantain en farines, chips et autres qui a partagé son expérience. Elle a été fortement affectée par la fermeture des restaurants, des écoles et autres institutions, puisque 60% de son chiffre d’affaire est réalisé dans les écoles primaires, les lycées, les institutions et les marchés. L’entreprise a du se restructurer, licencier du personnel et intensifier les campagnes de communication, notamment sur les réseaux sociaux. Avec des entreprises partenaires un groupe whatsapp a été créé regroupant plusieurs profils de producteurs afin de livrer des denrées alimentaires aux ménages confinés. Cette stratégie a également permis de découvrir qu’il ya une opportunité dans le service de livraison ce qui a conduit a une diversification de produits.

C’est le Docteur Louis-Marie Kakdeu qui a rebondi en qualifiant dans un cadre économique la pandémie de « Choc externe » qui a fait des dégâts mais a parallèlement créée des opportunités. Il propose une approche de solidarité dans une organisation des agripreneurs en chaine de valeur afin de se soutenir mutuellement. Il a fait une lecture globale du marché, permettant aux jeunes agripreneurs de mieux comprendre les opportunités qui s’offrent à eux. Il a également come exemple présenté l’intérêt de la collaboration et du soutien mutuel des acteurs dans la chaine de valeur avicole au Cameroun. C’était également l’occasion pour le DG de M&M Consulting de soulever l’importance des outils de développement personnels pour la résilience entrepreneuriale. Il s’agit d’acquérir des compétences essentielles de vie qui font que certains entrepreneurs abandonnent alors que d’autres s’adaptent et se réinventent face aux difficultés.

Paterne Abou Ambassa comme les autres panelistes a salué le dynamisme de ces jeunes, tout en proposant une alternative de plus en réponse à la crise. Il se trouve que les réseaux sociaux ont permis à Sophie de toucher des clients au delà des frontières et aujourd’hui ses produits sont demandés à l’étranger.

Leçons apprises

En termes de leçons apprises, Il est important d’être constitué en réseau et de communiquer au maximum pour faire connaitre les produits. Concernant les produits locaux comme la farine de plantain ou le riz, la concurrence des produits importés est très forte et les jeunes entrepreneurs ont besoin d’un soutien institutionnel. Le développement personnel et le leadership tel que rappelé par Cédric Chamgoue sont indispensables pour la réussite des agripreneurs. Pour terminer, le Dr. Kakdeu insiste sur le fait que l’orientation marché et donc l’identification et la caractérisation de la cible sont indispensables pour la réussite de l’entreprise.