MENU

Language

Show contents for

Il « rappe » pour encourager les jeunes à se lancer dans l’agriculture

Dans un champ de Maïs, Louis-marie EssombaDiplômé en entrepreneuriat agro-pastoral, Louis-Marie Essomba, 28 ans, chante pour leur montrer que « sous la terre, il y a un trésor ».

«Je suis un jeune entrepreneur qui a osé choisir de se salir les mains pour de meilleurs lendemains. Je préfère souffrir (…) L’agriculture, l’élevage, tout va de pair, ne pleure pas mon sort car, j’ai trouvé mes repères ». Le son est limpide et la voix grave, parfois rageuse. Louis-Marie Essomba rappe pour exprimer sa passion et inciter les jeunes à s’investir dans l’agriculture. Dans « Agriculture de seconde génération », son premier single, le jeune homme assure que le développement d’un pays passe par l’agriculture, qui est, «le présent et le futur de toute la nation ».  

Louis-Marie de son nom d’artiste « Cageot », n’a pas choisi le rap par hasard. Ce genre musical qui séduit la jeunesse est de plus utilisé pour sensibiliser, éduquer et divertir. « Nous sommes à une nouvelle ère, celle de la révolution agricole en Afrique. Pour nous, il n’y avait que le rap qui fait jeune, explique celui qui aura 28 ans en juillet prochain. La musique pour moi est une autre forme d’entreprendre».

Dans la chanson qui a déjà été diffusée dans des radios de Yaoundé, capitale du Cameroun, le diplômé en entrepreneuriat agro-pastoral n’hésite pas à se mettre en scène pour faire passer son message. « Une combinaison et des bottes. A la main une machette, sur la tête une casquette. Sur le dos, j’ai ma hotte. Bienvenu agriculture/ Agriculture de seconde génération. Le présent et le futur de toute une nation », rappe-t-il.

« Sous la terre il y a un trésor »

L’amour de Louis-Marie Essomba pour l’agriculture remonte à sa tendre enfance. Tout petit, il tient un petit champ de canne à sucre qu’il entretient à longueur de journée, près de leur maison à Ebolowa (Sud). Son amour agricole grandit avec lui. Après son baccalauréat « D », il passe une année à l’université et ne trouve pas satisfaction. Il veut faire agriculture. L’année suivante (2013), malgré le refus de ses parents, il réussit avec brio le concours de l’Ecole technique d’agriculture (ETA) d’Ebolowa. Face à sa détermination, son père est alors obligé de l’aider.

En 2014, le directeur de l’école demande à tous les étudiants de participer aux activités culturelles et sportives. Avec un ami, Louis-Marie décide d’écrire une chanson qui mettrait en avant leur métier. «On a concilié nos deux amours, le rap et l’agriculture pour montrer que si on a choisi ce chemin, ce n’est pas parce qu’on n’avait pas d’autres options », assure-t-il. Dans la démo de son 2ème titre, il le rappelle d’ailleurs : « sous la terre, il y a un trésor ».  

« Etre agriculteur n’est pas un jeu d’enfant ni le métier de la dernière heure quand on a tout perdu/ L’avenir de mon Africa repose entre nos mains. Il y a le cacao et le café. On a la technique et la volonté. Mais, où sont les moyens ? », chante Cageot. C’est justement par manque de financement qu’il n’a pas encore sorti d’album. Mais, il ne se décourage pas pour autant. Intégré dans la fonction publique, il rêve d’accumuler de l’argent pour créer son entreprise agricole et développer sa musique. 

A lire sur le site de agripreneurs d'afrique