MENU

Language

Show contents for

Notre participation aux consultations du CGIAR en RDC - #GCARD3

Herve et Arsene au consultations nationales du CGIAR en RDC

Par Hervé Bondonga et Arsène Birindwa

En tant que membres de YPARD, nous avons été invité à prendre part aux consultations nationales sur l’intégration des sites du CGIAR le 19 février à Kinshasa organisé par l’institut International d’Agriculture Tropicale (IITA), un des centres du CGIAR actif en République Démocratique du Congo (RDC).

Les participants étaient issus du gouvernement : ministère de l’Agriculture, Elevage et pêche, le ministère de la recherche scientifique et technologique, le service national des semences, l’Institut National pour l’Etude et la Recherche Agronomique ; des organisations non gouvernementales ; des communautés de donateurs : USAID, CTB, SNV, le secteur privé et les groupements des agriculteurs.

Ces consultations se sont déroulées dans le cadre du GCARC3 afin d’influencer positivement la prochaine phase des programmes de recherche du CGIAR en RDC.

Dans son mot de circonstance, le représentant du ministère de l’Agriculture, Elevage et pêche : le professeur Lucien NYEMBO a réaffirmé l’engagement du gouvernement congolais à  développer l’agriculture axée sur la création des entreprises agroalimentaires tout en insistant sur le rôle majeur de la recherche, une recherche qui ne s’occupera pas seulement de la production agricole mais aussi de la qualité. 

Les domaines d’interventions                                           

Les participants se sont tous mis d’accord sur l’idée que la recherche a un rôle majeur à jouer dans le développement agricole et qu’il est impératif d’aligner le programme du CGIAR et celui du gouvernement congolais car tous ont un lien mais ne sont pas en phase.

Les participants ont ensemble défini les domaines d’interventions prioritaires et les modalités de collaboration et de coopération.

La place de la jeunesse

Bien que les questions liées à la jeunesse dans l’agriculture ne fussent pas au centre des discussions, elles étaient à la base de notre participation à cet atelier.

Le gouvernement de la République Démocratique du Congo n’est pas très impliqué dans l’entrepreneuriat agricole des jeunes et parmi les défis auxquels font face les jeunes figurent le faible engagement de ces derniers dans les débats politiques, ce qui justifie l’échec de certaines initiatives dédiées aux jeunes car ne prenant pas en compte leurs besoins, qui sont souvent complexes et variés.

Avec une population majoritairement jeune et sans emploi, l’agriculture apparait comme une réponse au chômage des jeunes en République Démocratique du Congo et le seul moyen d’utiliser ce potentiel non négligeable. Malheureusement cette jeunesse est abandonnée à son triste sort avec des capacités de changement très limitées.

A ce jour, les initiatives réalisées dans le domaine de l’entreprenariat des jeunes dans le secteur agricole par le CGIAR à travers l’IITA sont encore à ses débuts et ne sont pas vulgarisées.

Nous avons sensibilisé l’assemblée sur le rôle majeur que doivent jouer les jeunes dans le développement agricole tout en insistant sur le fait que les technologies modernes de l’information et de la communication offrent plusieurs perspectives à ce sujet.

Nous sommes convaincu qu’aujourd’hui pour mieux répondre aux défis de l’agriculture, les gouvernements devraient davantage s’employer à définir les politiques qui accélèrent le développement en incluant les jeunes et les jeunes doivent se mobiliser et se rassembler pour obtenir de leur gouvernement qu’ils mettent en place des politiques en leur faveur.